Comme chaque année, le championnat lycéen américain se termine lors du GEICO Invitational, sorte de tournoi final rassemblant les meilleures académies de tout le pays. Et comme chaque année, à la fin, c’est Montverde qui gagne. L’académie de Floride a encore une fois dominée la concurrence, avec un succès en finale sur la Link Academy. Présentation des prospects les plus intrigants de ces trois jours de compétition.

 

Jordan Walsh (Link Academy) : Poste 4

Futur joueur d’Arkansas, Jordan Walsh était l’un des joueurs attendus pour cette édition 2022 du GEICO. Le joueur, mesuré à 2.03m, était le leader de la Link Academy, qui est allée se confronter à Montverde en finale. Le futur Razorback s’est montré polyvalent. Un joueur notamment capable de s’occuper défensivement de tout le monde à ce niveau. En attaque, il possède également une palette variée.

Jordan Walsh a souvent porté le ballon et initié pour ses coéquipiers, avec une diversité à la passe très intéressante pour un joueur dont le rôle principal n’est pas d’être porteur de balle ou initiateur. Sur ses trois matchs, il a distribué dix passes décisives dont un pic à 7 contre Oak Hill. Entouré de joueurs d'un niveau supérieur à Arkansas, il n’est pas fou de penser qu'il aura une moyenne identique, voire un peu haute. On a aussi aperçu un joueur capable de tirer et d’aller au cercle. Pour ce premier aspect, l’échantillon de tir reste limité puisque pendant le tournoi il n'a tenté que 4 tirs à trois points, pour deux marqués. Pour le second, c’est un plus intéressant. Même si le dribble reste moyen, le premier pas est bon et ses grandes enjambées lui permettent de gagner de nombreux duels. Reste une chose à modifier, l’attitude dans le dernier geste. Il a trop tendance à se tordre dans tous les sens pour terminer prêt du cercle. Malgré son gabarit, il n’arrive pas encore à prendre l’avantage grâce à son corps/physique.

De l'autre côté du terrain, il a défendu sur l’ensemble des positions et notamment les meilleurs joueurs adverses. Les outils sont présents, avec de longs bras et une bonne latéralité. Il a également été intéressant dans les close-out, maîtrisés. Des phases sur lesquelles il avait une bonne utilisation de ses bras (contres), ce qui empêchait son vis-à-vis d’avancer ou tirer.

 

Dariq Whitehead (Montverde) : Poste 2-3

Depuis quelques années, le circuit lycéen est dominé par l’académie floridienne Montverde, et l’édition 2022 du GEICO est encore revenue aux joueurs de Kevin Boyle. Moins ultra dominateur que les années précédentes (des équipes qui comptaient dans leur rangs Cade Cunningham, Scottie Barnes, Jalen Duren, Caleb Houstan...), Montverde l’a quand même emporté, bien aidé par les performances de Dariq Whitehead. Le petit frère du joueur NFL Tahir Whitehead, Dariq finit son cursus en beauté et sera l’une des têtes d’affiche de la cuvée 2023 de draft NBA.

Whitehead a changé de rôle cette saison, et on a pu le voir en tant qu’option primaire d’une attaque. Plutôt slasher/défenseur les années précédentes, on a vu un joueur qui a progressé sur le pull-up, un joueur dont le dribble s’améliore de mois en mois. Le shotmaking est de qualité (notamment lors du dernier Nike Hoop Summit), et même si il a du mal à accéder au cercle et finir au contact, on a joueur qui peut marquer à quasiment tous les niveaux. La création pour les autres reste simpliste, mais c’est normal pour un joueur qui, les années précédentes, ne jouait quasiment jamais balle en main. Le profil défensif est, par contre, toujours aussi intriguant. Vertical, fluide au niveau des hanches et concerné par l’effort défensif, Whitehead est depuis toujours un solide défenseur d’équipe. Il fait peu d’erreurs, et à ce niveau, c’est très bien.

On suivra sa saison NCAA l’an prochain du côté de Duke, au sein d’une grosse classe de recrutement et d’une université qui perd la quasi totalité de ses joueurs pour la NBA.

 

Keyontae George (IMG) : Poste 2

Dans sa dernière année sous les couleurs de l’IMG Academy, Keyonte George n’est pas parvenu à emmener son équipe vers le titre. Pourtant le futur meneur de Baylor a une nouvelle fois été impressionnant sur le terrain. On a retrouvé ce combo-guard hyper athlétique, capable de scorer sur les trois niveaux (21.5pts de moyenne). Keyonte George est une machine derrière la ligne à 3pts et il est capable d’enfiler les paniers de plusieurs façons. En deux matchs, il termine sur un 8/12 derrière l’arc.

Le bémol arrive lorsqu’il doit attaquer le cercle. Le dribble reste moyen et ne lui permet pas, même à ce niveau de compétition, de se frayer régulièrement un chemin. Aussi, ses appuis changent à l’approche du cercle. Grand au départ, il multiplie les petits pas au fur et à mesure qu’il se rapproche de l’arceau. Un changement qui limite sa puissance et freine sa progression. En tant que porteur de ballon principal, il a parfois tendance à faire les mauvais choix. Sur plusieurs actions lors du tournoi, George a préféré forcer un tir alors que le jeu était autre part. Pour autant, le meneur d’IMG est capable de passer pour les autres ou d’éliminer le défenseur, notamment en transition. Il se désaxe et change de main sans que cela perturbe son avancée vers le panier.

Contrairement à son attaque, sa défense reste limitée. Les close-out ne sont pas toujours bien négociés et certaines lectures défensives laissent à désirer. Plus que des lacunes physiques, je pointe surtout un manque d’envie pour cet aspect du jeu. Mais à Baylor, il ne pourra pas y échapper et devra aller au charbon pour gagner ses minutes.

 

Jarace Walker (IMG) : Poste 4-5

S'il y en a qui a progressé d’années en années depuis son arrivée à IMG, c’est bien Jarace Walker, l’intérieur floridien et futur joueur de la fac de Houston. Walker a passé quatre années à IMG, jouant 96 matchs à l’intérieur. D’abord derrière des joueurs comme Jeremiah Robinson-Earl ou Moussa Diabaté, Walker est un vrai leader des deux côtés du parquet depuis deux saisons. Avec la blessure de Jaden Bradley cette année, Walker formait avec Keyonte George l’un des duo les plus impressionnants du championnat lycéen.

On a vu un joueur capable de passer/dribbler/shooter à quasiment 2.10, un passeur instinctif en transition et sur jeu placé, un intérieur pouvant s’écarter (même si la mécanique de tir est très lente et part de bas). On ne peut pas réellement parler de « Point Forward », mais on peut imaginer Walker prenant des décisions sur short-roll en NCAA, surtout dans le jeu toujours très fluide mis en place à Houston. Sur ce GEICO 2022, on a vu un joueur qui finit bien au panier (sans une grande verticalité), un joueur qui a su trouver ses coéquipiers sur jeu rapide, et surtout, qui a impressionné défensivement loin du cuir. Comme précisé il y a quelques lignes, Walker n’est pas un intérieur bondissant, mais dans les lectures en aide et sur deuxième rideau, il a effectué de très solides rotations.

 

Tre White (Prolific Prep) : Poste 2

Découvert sur ce tournoi, Tre White, futur arrière de USC, a bien performé. Notamment en battant Sunrise Christian, l’un des favoris pour le titre final. Ce qui saute instantanément aux yeux, c’est son amour pour le scoring. Sur les deux matchs auxquels il a participé, Tre White a tenté la bagatelle de 34 tirs, dont un peu plus de la moitié à trois points (19). Derrière l’arc, il a réussi 37 % de ses tentatives (7/19). Des tirs venus principalement en sortie de dribble, mais du Catch-&-Shoot s’est invité dans ses 19 tirs. Tre White peut également terminer dans la peinture, mais avec un peu plus de difficulté. Il a du mal à se créer le chemin vers le cercle, principalement parce qu’il dribble beaucoup avec la tête baissée. Néanmoins, il va au contact. Sur ses deux rencontres, le futur arrière des Trojans a provoqué de nombreuses fautes et a tenté 14 lancers-francs (13/14).

Outre ses capacités offensives, Tre White a également montré des flashes dans la création pour les autres, avec une diversité à la passe. Tout n’est pas parfait, avec notamment un ratio AST/TO.... délicat (6asts pour 13TO), mais c’est intéressant de le voir faire jouer son équipe. L'observer évoluer la saison prochaine dans un rôle d’arrière scoreur, capable d’être un second initiateur/porteur de balle sera intéressant. En défense, rien de spécial ne saute aux yeux à ce niveau. On notera tout de même qu’il peut s’occuper de tout le monde. Ce sera une autre histoire dans la Pac-12.

 

Judah Mintz (Oak Hill) : Poste 2

Durant toute la saison 2021-2022, nous nous sommes demandé quel était le meilleur prospect d’Oak Hill. Si Caleb Foster & Chris Livingston étaient présentés comme les têtes d’affiche du programme de Virginie, Judah Mintz a été peut être le plus constant sur l’année. Combo-guard qui rejoindra Syracuse l’an prochain, Mintz excelle sur le scoring dans la zone intermédiaire (notamment sur le mid-range, arme qu’il maitrise très bien en sortie de dribble).

Oak Hill a perdu sa seule rencontre lors de ce GEICO 2022, ce qui permet de faire un petit état des lieux du jeu de Mintz. Parier sur son profil à l’étage professionnel, c’est déjà avoir confiance dans le transition de son pull-up game à 3pts. Etre capable de maitriser cet arme à l’étage NCAA l’an prochain sera une vraie carte d’entrée en NBA. La création pour les autres doit encore être travaillée, notamment dans l’appréhension des situations sur demi-terrain (les lectures quand il porte la balle sur Pick-&-Roll ne sont pas encore maitrisées). Mintz évoluera dans la zone de Syracuse l’an prochain, mais on l’a vu être très solide en défense individuelle à l’étage lycéen, notamment sur le Point of Attack. Très hâte de suivre son évolution dans les années à venir.

 

Jalen Hood-Schifino (Montverde) : Poste 1

Successeur de Cade Cunningham & Ryan Nembhard en tant que porteur de balle et initiateur d’attaque à  Montverde, Jalen Hood-Schifino a extrêmement bien remplis son rôle lors de ce tournoi. Auteur de 17 passes décisives en trois matchs, dont un pic à 8asts contre IMG Academy, le futur joueur d’Indiana ne force rien quand il faut passer. C’est toujours dans le sens du jeu. Une capacité d’initiateur qui est diversifié au niveau de la passe. C’est un véritable floor general.

Mais à côté de la passe, clairement son attribut premier, le reste encore à développer. S’il est en capacité d'attaquer et terminer au cercle des deux mains, l’étape précédente est plus compliquée. Il est en difficulté dès lors qu’il doit battre son vis-à-vis via sa vitesse d’exécution ou son dribble. Ajouté à cela, une rapidité balle en main que le limite encore d’avantage. Dans cette situation, son premier réflexe est de faire la passe. Le tir doit également s’améliorer. Très peu porté sur le scoring, il a tenté peu de tirs sur l’ensemble du tournoi (22 en trois matchs). Et notamment à trois points, où Hood-Schifino n’a eu que 4 tentatives en trois rencontres. Pour autant, le futur joueur d’Indiana sait se créer l’espace pour son tir. La gestuelle est bonne, avec un point relâchement au dessus de la tête et un angle du bras et poignet bons également. Il ne manque "que" la réussite.

Défensivement, Jalen Hood-Schifino a de longs bras, il est bas sur les appuis et il peut switcher. La prise d’information sur les écrans adverses est correcte. Il est aussi intéressant de la voir poser l’écran retard systématiquement même face aux intérieurs adverses. L'interrogation subsiste sur sa capacité à faire face à des attaquants rapides.

 

Omaha Biliew (Link Academy) : Poste 4

Egalement entraperçu lors du Nike Hoop Summit au sein de la Team World, Biliew était l’un des meilleurs joueurs de la Link Academy, et un joueur qui devrait en être l’un des leaders l’an prochain. Poste 4 qui apprend encore à appréhender le jeu des deux côtés du terrain, Biliew a démontré des flashs de haute voltige, ce qui rend son futur excitant.

Le soudanais était titulaire dans un frontcourt de qualité, aux côtés de Jordan Walsh et Tarris Reed. Le tir est en formation, et c’est très positif de le voir prendre des paniers à 3pts. Il peut posséder ce profil de stretch 4, mais pourrait encore grandir, ce qui rendrait son CV encore plus alléchant pour l’étage professionnel. On l’a vu actifs aux rebonds, capable de finir en altitude avec férocité, mais également solide sur plusieurs situations défensives, notamment en switch sur des plus petits. Il joue avec énormément d’intensité, et même si Biliew fait encore pléthore d’erreurs, on aime le moteur. A revoir cet été en EYBL et l’an prochain pour sa dernière saison lycéenne.

 

Scotty Middleton (Sunrise Christian) : Poste 3

Monté fin, Scotty Middleton n’est pas encore mature physiquement. Surtout utilisé loin du ballon, l’arrière a tout de même montré qu’il pouvait initier pour les autres en attaque. À plusieurs reprises, il a su trouver les bonnes passes, que se soit en transition ou en phases arrêtées. Toutefois, le dribble reste encore perfectible. En plus de ce dernier, Middleton doit également améliorer son premier pas. Deux éléments essentiels s’il souhaite être plus dangereux à l’avenir et ne pas être exclusivement un 3&D. Car le tir semble être présent. « Semble » car l’arrière n’a joué qu’un seul match lors du tournoi. Suffisant pour faire un 4/4 à trois points. La mécanique devra être travaillée légèrement puisque le ballon part du nez.

Défensivement, Scotty Middleton est intéressant. Bas sur les appuis en un-contre-un, bonne latéralité, il est capable de switcher sur l’ensemble des positions à ce niveau. L’envergure semble être positive. Il devra cependant être un peu moins fou fou. L’arrière se donne trop, se retrouve à bout de souffle et se fait battre pour son adversaire. 

 

Kwame Evans (Montverde) : Poste 4

Seul joueur titulaire à Montverde à ne pas quitter le programme l’an prochain, Kwame Evans m’avait déjà tapé dans l’œil plus tôt dans la saison. Positionné au poste 4 avec les titulaires depuis le départ de Vincent Iwuchukwu en cours d’année, Evans est un profil athlétique aux ailes, un joueur dont la maturation physique n’est pas encore terminée et qui atteint déjà quasiment les 2m10.

Gaucher et bondissant balle en main, Evans ne voyait pas toujours énormément le cuir (normal pour un joueur évoluant aux côtés des Whitehead, Mitchell...). Mais, quand on a vu Evans avec le ballon, on a vu un athlète capable de marquer à plusieurs niveaux. Le tir est en formation, la finition au panier semble aussi s’améliorer de matchs en matchs. Défensivement, le corps & l’énergie font de lui un profil très intéressant, notamment dans une défense en switch. Comme pour Biliew du côté de Link Academy, on a hâte de le voir l’an prochain dans un rôle de leader.

 

Mentions honorables : Dillon Mitchell (Montverde), Chance Westry (AZ Compass), Felix Okpara (Link Academy), Devin Ree (Oak Hill), Jeremy Fears JR (La Lumiere), Julian Phillips (Link Academy)...