Déjà aperçu lors du ANGT de Valence avec Badalone, Ruben Prey était l'un des intérieurs les plus dominants de tous les Challengers U16 en Europe cet été, un joueur qui a énormément vu le terrain au sein d'une belle équipe portugaise. Intérieur longiligne, tonique et ne rechignant jamais à la tâche, Prey s'est dors et déjà placé sur les radars NBA (même NCAA à vrai dire), et cela après 4 matchs de haute voltige à Sofia. Présent dans les tribunes face à l'Ukraine puis la Suisse, j'ai pu voir de près un joueur extrêmement prometteur. 17pts, 18rbs et 5blks de moyenne pour l'intérieur lusophone, cela méritait bien une analyse détaillée. 

Statistiquement, en 4 matchs à Sofia, Prey a joué 130mins : c'est énorme pour un joueur de son âge, mais c'est surtout énorme pour un intérieur de 16ans. Seulement 7 fautes en 130mins, une capacité à rester sur le terrain, à éviter les coups de sifflets bêtes, c'est une des premières choses que je voulais mettre en avant chez Prey. Il est vrai que peu d'intérieurs affrontés pouvaient réellement le mettre en difficulté, mais tout de même, à cet âge, pouvoir jouer 130mins en 5 jours est très impressionnant. 

Défensivement, et c'est bien par là qu'il faut commencer, Prey est une véritable tour de contrôle. Il n'a pas peur du contact, adore aller dissuader en altitude, et les statistiques en 4 matchs suivent cette idée : 21 contres, énormément de shoots contestés et un joueur qu'on a vu grandement influer sur la manière qu'avaient les attaques adverses de mettre en place leur jeu. Prey est aussi une machine à rebonds, un joueur qui a pris 73 rebonds en 130mins (dont 30 offensifs) : il faut relativiser par la qualité de l'opposition (et le manque de taille relatif des équipes), mais Prey est un des meilleurs rebondeurs que j'ai pu voir en U16. Il doit encore prendre en puissance sur le haut du corps, afin de tenir les intérieurs plus puissants, mais Prey a 16ans, il va grandir et gagner en force. 

Offensivement, Prey m'a impressionné sur plusieurs aspects de son jeu que je pensais totalement absent de sa palette. Tout d'abord, on a vu un joueur capable de passer le ballon, de faire de beaux renversements dans les coins, de prendre quelques décisions sur short-roll, et donc de ne pas être un trou noir quand il reçoit le ballon. Face à des défenses de zone (notamment face à l'Ukraine), il a fait de jolies lectures et m'a bluffé. Pour le moment, il finit pas mal d'actions proche du panier, mais commence à s'écarter : il a pris 13 tirs à 3pts sur le tournoi, et la forme n'est pas atroce. Du travail est nécessaire, les pourcentages ne sont pas encore très bons (4/13 à 3pts & 14/24 aux LF), mais à son âge et à sa taille, les flashs sont super positifs. Très présent aux rebonds offensifs (30 en 4 matchs), il doit par contre gagner en puissance et mieux finir proche du cercle, avec un joueur qui a parfois tendance à se désarticuler. La maitrise de son corps va arriver avec le temps. 

A suivre dans les prochains mois du côté de la Catalogne et de Badalone !