Ron Holland
crédit photo : ESPN

Ron Holland

19.0 ans - SF - United States United States
198 cm   208 cm   93 kg
NBA G League Ignite

#7 dans notre BIG BOARD 2024

 

NBA G League Ignite

Pas de statistiques disponibles pour Ron Holland.

Tout savoir sur Ron Holland

par Julien Broilliard Il y a 1 mois

Points forts

  • athlète NBA
  • agressif en drive
  • polyvalence offensive et défensive

Décent, mais à travailler

  • shoot extérieur (régularité)
  • défense 1vs1
  • création pour autrui

Points faibles

  • pourcentage aux lancers-francs
  • pertes de balle

Star lycéene, international jeune (U16 et U17 avec les USA), le Texan Ronald Holland II (natif de Duncanville, TX) a attiré les offres de certains des meilleurs programmes universitaires du pays avant de s’engager avec Texas. Puis d’y renoncer. Préférant signer avec l’équipe de G-League Ignite. L’Ignite, équipe censée développer de jeunes talents dans le giron NBA va s’éteindre sans gloire cette année. Un contexte qu’il faut garder en tête pour évaluer tous les prospects présents dans l’équipe cette année (Buzelis, Smith, Pate, Almansa,...).

Physiquement, Ron Holland est un joueur puissant, très délié, rapide et qui va haut : un athlète taillé NBA. Autour des deux mètres (on attend le NBA Combine) et des 95kg, doté d’une envergure de 2m05, il sait utiliser ses atouts physiques en attaque et en défense. Il a été blessé deux fois cette année et sa carrière en G-League 2023-24 est de 29 matchs.

En effet, Holland peut être projeté comme un fort two-way player mais il faut préciser ce qu’on voit de lui en attaque et en défense. D’abord en attaque, c’est un ailier capable d’agresser le cercle en drive : que ce soit sur jeu placé ou en transition. Une fois lancé en contre attaque (souvent après un de ses rebonds), il est difficile de l’empêcher d’aller jusqu’au cercle sans faire faute. Rapide, puissant, verticale il a les atouts d’un fort finisseur au cercle. Il sait aussi le faire sur jeu placé grâce à un maniement de balle correct ou sur attaque du Close-out. Il possède un fort premier pas mais aussi une vitesse d’appuis qu’il sait varier : intéressant quand la porte se referme et qu’il faut patienter pour trouver un coéquipier démarqué. C’est aussi un fort finisseur sur demi-terrain une fois lancé après un cut ou un main-à-main. On peut noter qu’il est plus à l’aise pour dribbler main gauche que pour finir. Statistiquement, il est à plus de 66 % de réussite avec une bonne invention au cercle.

Plus loin de l’arceau, coté tir, tout est compliqué cette année même si on devra nuancer les chiffres. Commençons par les pourcentages qui sont faibles : Holland est à 24 % à trois points (3,6 tentatives par match et 48 au total). Que ce soit en Catsch&Shoot (la grande majorité, 83%) ou en Pull-up, le tir n’est pas rentré régulièrement. Coté Mid-Range, le pourcentage est à 29 % (21 tentatives) et l’indicateur lancers-francs n’est pas reluisant avec 76 % (pour 5 tentatives par match).

Pointons le fait que le jeu proposé par la feu-GL Ignite n’était pas à la hauteur dans le jeu d’équipe et les résultats. Difficile dans le contexte de mettre Ron Holland (ou un autre ?) dans les meilleures conditions au shoot. De plus, on lui demandait beaucoup dans un rôle qui n’est pas le sien : initiation du jeu et parfois première option en attaque. Holland est très bon quand il a un rôle plus secondaire comme on l’a vu au U17, entouré de forts joueurs. Pour appuyer cela, il apparaît comme un streaky-shooter : capable de séries sans jamais baisser sa confiance. Parce que oui, le geste est bon sans Red-Flag évident.

Par contre, si la taille est plus modeste que prévu, il devra développer un jeu de création pour exister sur les postes de guard. On ne l’a pas beaucoup vu cette année à part par flashs, ce qui le projetait plus comme connecteur que comme créateur. Les 3 balles perdues par match n’ont pas rassuré (avec un ratio 2,5 assists / 3 to inférieur à 1).

En défense on aime quand il est agressif et présent sur les lignes de passe par exemple (2,5 vols de balle par match). Long et costaud, il a prouvé dans différents contextes (GL Ignite, WC u17, high school) qu’il pouvait défendre sur plusieurs positions. On peut le projeter en défense sur des guards et des petits ailiers en pros. Il a des jambes solides et une vitesse de corps suffisante pour cela. Agressif, il l’est aussi aux rebonds avec presque 7 prises par match cette année. Reste, comme pour la précision du shoot, à être plus régulier. Le contexte et les blessures ne l’ont pas aidé.

Au bon endroit (donc dans la bonne équipe au bon moment), avec une bonne compréhension de ce qu’il peut apporter des deux cotés du terrain (et certaines itw le laissent penser), Ron Holland peut devenir un joueur très solide dans un 5 NBA : il y a tellement à aimer et à développer. On le voit projeter comme un arrière polyvalent des deux cotés du terrain et peut être comme celui qui pourrait dépasser les attentes dans cette draft sans véritables stars annoncées.

Projection dans le board Envergure : 10ème

 

par Emmanuel Le Nevé Il y a 9 mois

Versus Perth Wildcats (NBL)

Avant de lancer la saison en G-League, la Team Ignite était opposée aux Perth Wildcats. L’occasion de voir Ron Holland après la fin de son cursus en High School. Une toute autre adversité, un tout nouveau rôle, un autre contexte.

L'ancien commit de Texas s'est principalement montré en attaque. On a observé un joueur à l'aise dans la création de son tir en étant capable de marquer de plusieurs façons : du pull-up en pleine course, des step-back et via son handle. Le champion du monde u17 en 2022 est aussi capable de driver au panier des deux mains. Le seul hic est son incapacité à éliminer les défenseurs sous la panier. A de nombreuses reprises on l'a vu tout faire en amont mais manquer la finition car ne pouvant pas désaxer en l'air. Ses points sont en grande partie venus à trois points (création et catch-and-shoot) ou sur des long deux points.

On sera attentif à ses prises de décision durant la saison. Trop souvent, il a oublié ses coéquipiers pour jouer pour lui avec des tirs compliqués en mauvaise position. Il est donc difficile de l'imaginer porter le ballon ou créer pour les autres.

Défensivement, ce fut un peu plus compliqué. Il n'a pas été capable de bien lire les écrans adverses ou les close-out. Sur les écrans, Ron Holland n'a pas su les éviter et s'est souvent retrouvé en retard sur les phases de pick. Par ailleurs, on a vu un joueur actif sur les lignes de passes et sur le un-contre-un avec de nombreuses interceptions à son actif. On surveillera tout ça durant la saison, notamment sa polyvalence. Contre Perth, il s'est principalement occupé des arrières. 

par Envergure Il y a 1 an

Championnat du Monde u17 (2022)
11.1 points, 6.6 rebonds et 2.4 passes de moyenne

Le troisième larron de la promotion 2023 du roster de Team USA, Ron Holland est un joueur long, monté fin et hyper actif sur un terrain de basket. Capitaine de la sélection Américaine, le jeune Texan (juillet 2005) a terminé le tournoi en étant le deuxième joueur en terme de minute (20) et au scoring (11 points).

Ron Holland s’est distingué en étant adroit au tir longue distance. Il termine son championnat du monde avec un 8/19 à trois points (42% de réussite) soit près de trois tentatives par match. Une bonne réussite malgré une gestuelle à revoir puisqu’il a tendance à baisser son ballon avant d’enclencher son tir. Ce qui ne l’empêche pas de marquer de manières différentes. Ron Holland est capable de se créer son tir via un step-back et de scorer en catch-and-shoot.

Le Texan est également intéressant en transition et dans la coupe au cercle. Il se projette vite dans les deux cas. En Espagne, il a, aussi, provoqué de nombreuses fautes. C’est d’ailleurs le deuxième Américain avec le plus de lancers-francs tentés par match (2.4) et au total (17) mais avec une faible réussite de 60%. On notera aussi son activité aux rebonds des deux cotés du terrain (6.6 prises de moyenne sur le tournoi, 2.1 en attaque, 4.4 en défense).

Défensivement, l’animal ne lâche rien. Ultra actif, il est capable de s’occuper de l’ensemble des postes extérieurs avec la même férocité. En plus d’être bon en défense homme-à-homme, il l’est également en replis défensif avec plusieurs contre chase-down à son actif.

--

Championnat des Amériques (2021)
19 points, 10,2 rebonds, 2,5 interceptions et 1,2 contres de moyenne

Sans la perf' énorme de Robert Dillingham en finale, il aurait été MVP, mérité. Il termine meilleur scoreur de la compétition (19p de moyenne, en 21mn), 3e rebondeur (10,2 prises) assortis de 2,5 passes décisives, 2,5 interceptions, 1,2 contres. Sur la zone presse tout-terrain 1-2-2 de Team USA, il était le "1", la pointe, avec toutes les qualités athlétiques que cela implique : longueur, rapidité des pieds, réactivité des mains. Holland, à peine 16 ans, est un ovni physique. Lorsqu'il est "locked in", en bonne position, il défend n'importe qui. Il est si long que cela surprend les attaquants essayant de le lober, contourner. Moteur énorme, il a été exemplaire d'implication et de volonté de courir, mettre du rythme. Le grand problème, pour le moment, c'est que défensivement comme offensivement, il n'a que très peu de fondamentaux. il peut dribbler, mais sans pression, ou alors une seule fois, il a du mal à shooter (14/24 aux lancers-francs) même s'il essaie (2/9 à trois points) ce qui est déjà une bonne nouvelle. Holland est un projet, mais les outils font saliver, il lui faut - comme souvent à cet âge - ajouter de la masse sur les jambes. Vivement Holland 2027.

DRAFT 2024 - NOTRE TOP 30

Matthias Coso Il y a 1 mois

Big Board NBA Draft

March Madness et saison NCAA terminées, il est grand temps de présenter notre classement des meilleurs prospects, à moins d'u... Lire la suite

Ignite vs. NBL : retour sur les performances d'Alexandre Sarr et Ron Holland

Emmanuel Le Nevé Il y a 9 mois

NBA Draft G-League NBL

La semaine passée, la Team Ignite faisait face aux Wildcats de Perth (NBL). L'occasion d'observer... Lire la suite

Team USA U17 : tour d'horizon des talents, futurs NBAers ?

Emmanuel Le Nevé Il y a 1 an

FIBA U17 Scouting Reports

Revue d'effectif de l'équipe U17 des USA, championne du monde 2022 en Espagne Lire la suite

Partagez cette page :

Scouting reports

Carlton Carrington

United States   18.9 ans - PG
193 cm   203 cm   90 kg

Pittsburgh

Ja'Kobe Walter

United States   19.8 ans - SG/SF
196 cm   208 cm   88 kg

Baylor Bears

Ron Holland

United States   19.0 ans - SF
198 cm   208 cm   93 kg

NBA G League Ignite

Matas Buzelis

Lithuania   19.7 ans - SF/PF
208 cm   208 cm   88 kg

NBA G League Ignite

Collin Murray-Boyles

United States   19.0 ans - PF
201 cm   105 kg

South Carolina Gamecocks