Andrew Nembhard
crédit photo : FIBA

Andrew Nembhard

22.7 ans - PG - Canada Canada
194 cm   195 cm   89 kg
Indiana Pacers

#75 dans notre BIG BOARD 2022

 

Indiana Pacers

Données fournies par Sports-Reference.com.

Tout savoir sur Andrew Nembhard

par Julien Broilliard Il y a 3 mois

Points forts

  • Playmaking offensif
  • Expérience dans différents contextes
  • Taille pour un arrière/meneur

Décent, mais à travailler

  • Shooteur en 45/38/83 mais irrégulier
  • Présence/influence dans les gros matchs

Points faibles

  • Implication défensive
  • Age (22 ans)
  • Dimension physique

Andrew Nembhard est un playmaker offensif de haut niveau en université qui a gagné plusieurs distinctions encore cette année et est resté longtemps en course pour le Bob Cousy Point Guard of the Year Finalist, le titre de meilleur Point Guard en NCAA. Nembhard sait faire tout ce que l’on demande à un meneur de jeu : tenir la balle sous pression, délivrer des passes dans différents contextes, maîtriser le tempo et scoreur universitaire correct aux trois niveaux. C’est un guard de grande taille (1m94 mesurée au Combine 2022) rapide avec le ballon et vif dans les changements de direction. Son style très relax, frise parfois la nonchalance avec son sourire aux lèvres mais ce n’est qu’une façade. Son vécu est très riche à 22 ans avec déjà beaucoup d’expérience différentes. Le canadien, frère de Ryan meneur de Creighton, est né à Aurora en Ontario. D’abord au lycée publique Vaughan Secondary School (celui d’Andrew Wiggins et Nickeil Alexander-Walker), il rejoint ensuite Montverde Academy en Floride, plus au chaud. Il participe au tournoi GEICO et considéré comme un des meilleurs passeurs parmi les recrues 2018, il rejoint le programme de Florida en NCAA. Il transfert ensuite ses talents à Gonzaga où il forme avec Jalen Suggs (drafté par le Magic 2021) et Joel Ayayi (actuellement aux Washington Wizards) un trio d’arrières performants au niveau national. Nembhard a représenté le Canada dans 3 compétitions jeunes de la FIBA et en 2019, il a intégré l'équipe nationale senior pour la Coupe du monde FIBA 2019.

Depuis deux ans, son coach Mark Few lui a mis la balle entre les mains pour créer le jeu de Gonzaga. Très à l’aise, il possède un maniement de balle très facile en course, pour créer de l’espace, jouer du Pick-and-Roll et driver. Sans être flashy, il utilise indistinctement ses deux mains et est techniquement capable de changer le rythme de ses courses et jouer avec la manipulation visuelle. Nembhard est un joueur qui sait prendre des (bonnes) décisions rapidement avec un bon volume. Bien aidé par le contexte Gonzaga avec des partenaires de Pick-and-Roll et des Spot-up shooteurs aguerris, il enchaîne les phases offensives à la création avec peu de déchets. Les chiffres sont remarquables : 18 % d’USG (raisonnable) pour 26 % de passes, c’est très bon et presque 6 passes par matchs (il en a toute la panoplie) pour seulement 2 pertes de balle (leader dans sa conférence WCC). Coté finition, c’est très bon avec 61 % au cercle mais reste à savoir si son manque de verticalité ne l’empêchera pas d’être autant efficace en NBA. Créateur pour lui même sur les longs deux, le pourcentage est très honnête : 40 % de réussite pour un volume de 40 tirs avec un shoot compact équilibré qui part cependant d’assez bas. Au shoot extérieur, ce qui est intéressant c’est la progression et le type de tirs. Plus en réussite cette année (38% pour 133 tirs), Nembhard s’est plus créé son shoot en 2022 en augmentant son volume global à 3 points. Le canadien est un maître à jouer en 45/38/87 pour 12 points par match mais reste un shooteur irrégulier.

En défense, on ne retrouve pas le même niveau de précision et de compréhension qu’en attaque. Sur l’homme il est souvent placé sur le moins bon attaquant adverse et on le voit quand même beaucoup mordre aux feintes de déplacement. Par tradition chez les Bulldogs (!!!), il fait partie des arrières qui aiment et peuvent voler les ballons, dans les mains ou dans les lignes de passe, pour enchaîner les contre-attaques (1,6 steals par matchs). C’est en Off-ball que c’est moins satisfaisant. Pas toujours au point dans les rotations, on le surprend parfois un peu perdu et moyennement présent au block-out. Peu puissant du bas du corps, avec une envergure moyenne (1m95 au Combine 2022), Nembhard n’a pas une mentalité très agressive non plus.

 

Nembhard est un grand playmaker qui doit faire ses preuves au shoot au niveau supérieur et dont la contribution défensive pourrait être négative. Présent au Draft Combine 2022, il apparaît quand même dans de nombreuses Mock Draft sérieuses en fin de 2nd tour et est déjà promis à devenir pro d’un coté ou de l’autre de l’Atlantique.

par Emmanuel Le Nevé Il y a 3 ans

Points forts

  • Sens de la passe (Passer first)
  • QI Basket

Décent, mais à travailler

  • Tir
  • Défense
  • Concentration
  • Attaque du cercle

Points faibles

  • Physique
  • Sa saison

Il aurait peut-être dû rester une saison de plus sous les couleurs des Gators mais il a préféré faire le grand saut. Andrew Nembhard a connu une saison mitigée en SEC. Loin de ce qu'il avait montré l'été dernier avec les différentes sélections canadiennes pour lesquelles il a joué, les u18 et les A.

Chez les Garors, le Canadien n'avait pas la liberté d'évoluer comme il le faisait en sélection. Il avait également un rôle différent, parfait meneur, parfait arrière. Son meilleur poste, meneur. Véritable lieutenant sur le terrain, il possède une vraie vision de jeu et un vrai sens de la passe, qui sur l'année ne s'est pas réellement traduit dans les chiffres (5.4 passes de moyenne - avec deux matches à 11 passes, contre Texas A&M et North Florida).

En attaque, il va souvent chercher la passe avant d'aller attaquer le panier. Pas le joueur le plus rapide du monde balle en main. Premier pas, plutôt lent. Il peut tirer malgré une mécanique un peu bizarre. Il doit continuer de la travailler.

En défense, il a montré qu'il avait les outils pour devenir un joueur intéressant. Actif, bonne latéralité, l'interrogation majeure est au niveau du physique. Assez frêle, il sera intéressant de l'observer face à des joueurs plus lourd que lui évoluant à son poste.

Physique : Pas forcément encore NBA ready. Il devra passer par la salle.

Attaque : Passeur fisrt, QI, transition.

Défense : Moyen bon, pas très long, bonne latéralité, à travailler.

Pourquoi regarder Duke VS Gonzaga vendredi soir ?

Alan Guillou Il y a 10 mois

NCAA Draft 2022

Duke retrouve Gonzaga à Las Vegas dans la nuit de vendredi à samedi. Voici toutes les raisons de ne pas rater ce duel titanesque. Lire la suite

Must watch : pourquoi il ne faut pas rater UCLA-Gonzaga mardi soir

Alexandre Berthaud Il y a 10 mois

NCAA Draft 2022

La planète NCAA entière ET les scouts seront sur place / devant leur écran Lire la suite

Liste complète des candidats à la draft : analyses et conséquences

Alexandre Berthaud Il y a 3 ans

NCAA NBA Draft

Conséquences pour les prospects du choix de retourner à la fac ou de s'inscrire à la draft NBA Lire la suite

L'Americas u18, Quentin Grimes, Andrew Nembhard et les autres !

Emmanuel Le Nevé Il y a 4 ans

FIBA U18 America

Le tournoi des Amériques est un peu passé inaperçu cette année, et pour cause il se déroul... Lire la suite